Je pense que ça me dépasse.

Inspiré par la précarité omniprésente.

Hier je suis arrivé à la réflexion que si mes carnets étaient balancés à ma mort, ça me faisait ni chaud ni froid du temps de mon vivant, ça me laissait indifférent, comme une sorte de fatalité. Je me suis également rendu compte en ouvrant un carnet de 2017, qu'en 3 ans à force de dessiner j'avais fait des progrès dans le dessin.

La trilogie familiale.

Une femme aux cheveux courts, plutôt petite.

Voilà le fameux joueur de flutiau : une note répétée toute les secondes de manière stridente.

Retour à l'accueil