Je crois que ma plus grande souffrance actuellement c'est d'envisager la mort de ma mère, je ne vois pas pourquoi je fais ça, mais je le fais quand même. Ça me remplit d'une tristesse indicible.

Pour me consoler de toutes ces noires pensées, j'ai acheté des croissants.

Et ma mère s'est levée et a déjeuné.

Jean-Louis, mon père.

Retour à l'accueil